jeudi, septembre 28, 2006

Le jean skinny en photo


Jean à jambe extralongue, environ 150 $, Levi's. Jean fuselé 29.99 $, Winners. Jean fuselé extensible 36 $, Reitmans.

Slim le jean !


Article publié ce matin, dans Le Soleil, et SANS mon bloc-photo (grrr !)

Le denim nouveau fait son entrée. Et pas n’importe comment. Presque tous les designers et manufacturiers de jeans ont transformé son allure cet automne, imposant la tendance du slim. Skinny, fuseau ou cigarette, peu importe son appellation et son style, il se définit par sa coupe très étroite et sa taille remontée.

Ce vêtement en a vu de toutes les coupes et de toutes les couleurs depuis plus de 150 ans. Jambe éléphant, trompette, coupe droite, déchiré, rapiécé, recyclé, mini et maintenant skinny. Un terme qui réfère non seulement à l’image qu’il projette, c’est-à-dire une jambe maigre et filiforme, mais aussi parce qu’il colle littéralement à la peau. Et souligne du coup tous les défauts : culotte de cheval, mollets trop gros ou trop petits, jambes courtes, etc. À l’opposé, il sublime la silhouette des femmes les plus minces. C’est pourquoi le choix d’un bon jean s’avère primordial.

Jean extensible

Fini le temps où les femmes devaient se tortiller ou utiliser la fourchette pour enfiler un jean hyper ajusté. Les nouveaux modèles sont stretchs et confortables. La coupe rappelle celle des années 80-90, alors que le jean fuseau avait même un élastique sous le pied. Je me souviens encore de l’époque de l’école secondaire, où l’on épinglait le bas du jean à la cheville pour que ce dernier soit encore plus étroit. Heureusement, ce temps est révolu, et les jeans 2006 sont plus faciles à enfiler, à condition de toujours pointer le pied. Certains modèles sont même munis d’une fermeture éclair à la cheville. Comme quoi les tendances sont cycliques !

Mince alors !

On choisit cet automne les teintes ultra-foncées, lesquelles seront aussi amincissantes. Gris, noir ou indigo, le jean s’apparente à un legging. On l’aime teint uniformément, sauf pour quelques détails à la taille et sur les fesses, puisque les teintes un peu plus claires sont reconnues pour arrondir le galbe des fesses. Sinon, on oublie les fioritures, les délavés extrêmes ou les broderies de haut en bas, qui sont aujourd’hui chose du passé. L’accent est mis sur la coupe plutôt que sur les détails.

Comment porter le jean skinny

Vous n’avez pas le profil pour porter le jean skinny, coupe étroite et taille remontée, très en vogue cet automne ? Qu’à cela ne tienne ! Plusieurs trucs ou compromis sont possibles. « Si vous n’avez pas une taille de guêpe, il faudra porter nécessairement des bottes à talon. C’est bien connu, les talons affinent la silhouette, et les bottes cachent les chevilles épaisses », conseille Julie de la boutique Parasuco. Outre la botte, l’escarpin coloré est également un choix à privilégier. On portera alors le jean tellement long qu’il se terminera en accordéon sur la chaussure. Ce qui allonge aussi la silhouette.

Le jeu de superpositions s’avère un incontournable. Les femmes aux hanches plus rondes choisiront une tunique, un long cardigan ou encore une robe en tricot à enfiler par-dessus le jean. Toutefois, si vous ajoutez du volume dans le haut du corps, il est préférable de porter de simples escarpins ou des chaussures à talon plutôt que des bottes. Question d’équilibrer la silhouette.

Et oubliez la taille basse avec ce jean. La taille remonte et cache le tanga qui dépassait autrefois. Toutefois, un conseil pour celles qui ont un petit ventre : évitez la taille très haute qui se boutonne sur le nombril. Plus la taille est haute, plus elle accentue le contour des hanches et du ventre. Le juste milieu est donc de mise.

mercredi, septembre 27, 2006

Mannequin d'un soir

Hé oui ! j'ai récidivé hier. Une fois de plus, j'ai défilé à Place Laurier, dans le cadre du défilé automnal et en compagnie d'une dizaine de journalistes et animateurs de Québec.

Ou je devrais plutôt dire en compagnie "d'artistes" !! J'ai d'ailleurs fait le saut lorsque la fille à l'accueil m'a dit "ah... vous êtes une artiste !" Euh... oui, si vous voulez. Quoique écrire des articles n'a pas grand chose d'artistique.

Bref, j'étais hyper stressée et le trajet en auto jusqu'au centre commercial m'a paru interminable. Et sûrement davantage pour mon chum qui conduisait.. et me subissait. ;)

Mais une fois rendue sur place, en compagnie de la gang de joyeux lurons des médias, l'atmosphère était plus détendue. Même que le stress ne m'a même pas suivi sur scène. Je suis donc montée avec mon micro à la main et ma jupe parachute trop grande pour présenter mes tendances mode devant les 1 000 personnes dont je ne voyais que les dessus de tête ! Fiou ! Un petit tour sur le podium, de grands sourires aux madames, et voilà : ma job était faite !!!



J'ai aussi été remarquée par la rédactrice mode du magazine Loulou pour lequel j'avais déjà collaboré il y a deux ans et qui m'a demandé d'écrire à nouveau pour eux. Avec plaisir chère ! Et une petite photo pour le magazine en passant !!! ;)

Finalement, ce fut une belle soirée. Et je reviens avec le sourire, une carte-cadeau de 100 $, du maquillage et des échantillons (yéééé ! ). On recommence quand ??? ;)

vendredi, septembre 22, 2006

Parlons seins !

Octobre sera le mois de la sensibilisation au cancer du sein. Plus que jamais, les magazines et les médias parlent des seins, les montrent, les bichonnent, les exposent au grand jour... Jamais avons-nous vu autant de tétons sur la place publique ! Même qu'une boîte de relations publiques de Québec organise le 30 septembre le plus gros rassemblement québécois de mères allaitant au sein ! Ça va téter là !

Ceux qui ont été refaits grâce à la chirurgie esthétique ont également eu leur minute médiatique cette semaine. Une étude de l'Université Laval a fait le lien entre les implants mammaires et un taux de suicide élevé chez ces femmes. En fait, il semble que plusieurs femmes ayant une faible estime d'elles-mêmes ont recours à la chirurgie pour "évacuer le mal de vivre et d'être". Mais le bistouri ne règle pas tout et ne donne pas confiance en soi. Pas si folle que ça cette étude, finalement.

Vrais ou faux, petits ou gros, les seins sont réellement partout. On ne les cache plus, mais la société exige qu'ils soient presque parfaits. Et si la nature n'est pas si généreuse, alors le chirurgien peut l'être. Personnellement, je ne suis pas contre la chirugie, mais en autant qu'elle soit réalisée sur une femme, et non sur une adolescente, et qu'elle soit désirée d'abord par la femme, et non par son conjoint.


Des seins vus au cinéma... ceux de Halle Berry !

La poitrine la plus médiatisée sur la planète: celle de Pamela Anderson !

Mais bon, comme dit si bien mon chum: "pas besoin d'avoir beaucoup de seins ! deux, c'est bien assez" ! Petit coquin va ! ;)

mercredi, septembre 20, 2006

Trop maigres les mannequins ?

Sortez le champagne et le caviar, mon blogue revit à nouveau. Sur le respirateur artificiel depuis plus de deux mois, je vais tenter de le réanimer avec quelques éditos sur les tendances et la consommation !!

C'est d'ailleurs les rubriques société des différents quotidiens qui me font réagir aujourd'hui. Pour ceux et celles qui ne lisent pas ces pages, le gouvernement régional de Madrid a interdit aux podiums les mannequins considérées comme trop maigres, dans le cadre de la Semaine de la mode de Madrid. Depuis, la planète applaudit cette initiative et demande que l'on engage que les filles "en santé".

Or, même si j'appuie cette démarche, je trouve que l'on vise sur la mauvaise cible. Les filles qui ont été bannies des podiums cette semaines ne sont pas nécessairement celles qui souffrent d'anorexie ou qui auraient une mauvaise hygiène de vie, comme celles qui consomment des drogues dures pour couper la faim.

En fait, les dirigeants des défilés ont fait passer un test IMC (indice de masse corporel) à tous les mannequins et celles ayant moins de 18 ont été exclues. Moi-même je n'aurais pas pu passer avec mon petit 17... C'est donc dire comment la barre est élevée pour ces mannequins, qui ont préféré pour plusieurs rester à la maison.

Toutefois, les spécialistes s'entendent à dire que cet indice est incomplet et injustifié dans ce cas. La plupart des filles qui ont été bannies sont moins maigres que d'autres. Elles sont juste moins lourdes. Comme moi, leurs petits os pèsent peu dans la balance. Alors que des filles ayant une plus forte ossature sont plus lourdes, mais beaucoup plus maigres puisque leur taux de gras est inférieur. Ce sont elles dont nous apercevons les os sous la peau !!!

Un effet pervers de cette mesure est également l'engouement des mannequins pour les implants mammaires, qui leur permettent de gagner quelques livres sans augmenter le gras. Pervers, vous dites ?

Bref, même si moi-même je n'engage que des filles souriantes et ayant quelques rondeurs pour mes shootings mode, je trouve que la mesure adoptée par Madrid est non seulement démesurée, mais elle est surtout "pas la bonne"... Mais bon, qui a dit que l'industrie de la mode était belle ? ;)