mercredi, février 24, 2016

Un avant-goût du printemps au Thé à la Mode

Je me répète : j’aime beaucoup la formule du Thé à la Mode de l’Auberge Saint-Antoine.

Un samedi par mois, un ou plusieurs designers et détaillants québécois présentent leurs nouveautés dans un défilé décontracté pendant que l’assistance déguste un thé et de fabuleuses (je n’exagère même pas !) mignardises concoctées par le chef du Panache. Un concept gagnant sur toute la ligne.




C’est donc avec un grand plaisir que j’ai accepté l’invitation pour ce premier défilé de 2016 (il y a eu une pause en janvier). 

Qui plus est, j’anticipais avec enthousiasme de découvrir les collections printanières de griffes que j’affectionne, soit Sonia P., Karkass et les sacs Longchamp chez Bagages de France. Des griffes que je porte régulièrement.

Et je n’ai pas été déçue. Voici quelques-uns de mes coups de cœur.

Toujours coquette et féminine, la collection printanière de Sonia P. vise dans le mille avec ses jupes évasées (qui tournent !), ses encolures dénudant légèrement les épaules (très tendance ce printemps !), ses empiècements de dentelle et, surtout, ses mignons imprimés qui me font toujours craquer. J’adore celui des vélos !

crédit Josée Painchaud Photographe

Chez Bagages de France, le pastel est en vedette ce printemps, emboîtant le pas à la palette chromatique du nuancier Pantone. Pour ma part, j’hésite entre le rose poudre et le bleu ciel !

Pour celles qui aiment flairer les tendances à l’avance, le kaki sera certainement un must à l’automne prochain. Et on le retrouve déjà chez Longchamp.



En haut, les sacs Le Pliage en teintes de pastel. En bas à gauche, le superbe Pliage Héritage. À droite, le kaki se porte de façon décontractée cette année ! 
Crédit Josée Painchaud Photographe

Chez Karkass, c’est un textile fleuri texturé sur fond noir qui a retenu mon attention. Il se décline en petite robe, mais c’est surtout le veston qui m’a séduite.

Photo courtoisie Karkass


Toutes ces collections donnent un joli avant-goût du printemps !

La prochain Thé à la Mode devrait avoir lieu le 3e samedi de mars. À surveiller !

mode: 6 jeunes designers de Québec aux débuts très prometteurs

Parce que vous m'en avez parlé maintes fois et que cela a suscité la curiosité sur les réseaux sociaux, je republie ici, sur mon blogue, l'article que j'avais rédigé il y a deux semaines pour le Huffington Post Québec présentant six jeunes designers de la relève de Québec. Parce qu'on veut (et qu'on doit !) retenir ces noms !
Voici le lien pour lire l'article directement sur le site du Huffington Post Québec: 

Ils sont jeunes, passionnés par la mode et déterminés à faire leur chemin. Malgré les obstacles et les difficultés de l’industrie de la mode québécoise, les jeunes designers continuent d’y croire et se lancent dans la mêlée, en présentant le fruit de leur labeur et de leur talent.
Voici six nouvelles griffes de Québec à surveiller. Six jeunes designers qui ont fait leurs études à l’école de mode du Campus Notre-Dame-de-Foy et qui promettent d’être bientôt sous les projecteurs !

1 - Le style graphique d’Allcovered
Du haut de ses 21 ans, Noémi Harvey ne manque pas d’ambition. Pour présenter la première collection de prêt-à-porter féminin de sa griffe Allcovered, - qu’elle a fondé il y a quelques mois à peine -, elle a décidé d’en faire un événement, intitulé Stand4, pour soutenir la cause des troubles alimentaires en plus d’encourager la relève de la mode. L’événement présenté début février a fait salle comble et ses créations ont reçu plusieurs éloges.
Présentant des coupes graphiques et structurées dans une palette neutre, cette première collection portant l’étiquette Allcovered donne le ton pour la jeune designer qui termine parallèlement des études universitaires en entrepreneuriat et gestion de PME. Elle est offerte en pré-commande pour le moment. Un nom à retenir. www.allcoveredfashion.com





2 - Le confort urbain de Marilou Design
Comme plusieurs jeunes femmes de sa génération, Marie-Lou Boucher affectionne les sweatshirts et les leggings. Mais pas n’importe lesquels. Ceux qu’elle confectionne dans son petit atelier de Québec ont du style, sans jamais lésiner sur le confort. Embrassant le courant « Less is more », sa marque Marilou Design propose une étiquette jeune et urbaine, à l’image de sa créatrice. 
Ses leggings troués ou à empiècements en filet sont parmi les chouchous de sa clientèle. Le petit plus : une minutie de confection qui rend la simplicité élégante et stylisée. www.mariloudesign.com




3 - L’homme alpha de MB

Bianca Nolin n’a pas chômé durant la dernière année. Après avoir lancé son entreprise spécialisée en mode masculine MB Alphawear, elle a multiplié les apparitions dans les défilés et les événements. Plusieurs artistes et sportifs québécois portent déjà ses créations, dont le mixologue Patrice Plante et les joueurs de football du Rouge et Or de l’Université Laval. 
Axé sur le mâle alpha, son slogan #mènelameute fait réagir ses clients masculins qui sont nombreux à la suivre sur les médias sociaux et à acheter en ligne. À noter que les créations MB sont aussi distribuées dans les deux magasins Latulippe. De quoi attirer l’homme des bois moderne ! www.mbalphawear.com

4 - L’esprit bohème de Carlo
Diplômée en design de mode en 2012, Caroline Liard a choisi de plier bagage et de parcourir les quatre coins du monde avant de s’ancrer dans son atelier de couture à Québec. 
Inspirée par ses voyages et par les festivals de musique, la jeune bohémienne a confectionné en 2014 une première collection de kimonos qui fût un succès immédiat. Ont suivi des capes à carreaux, des tricots légers et des maillots de bain de coupe rétro, toujours guidés par un esprit bohème qui est devenu sa signature. 
Pour le printemps à venir, la marque Carlo promet d’insérer une touche de grunge des années 1990 à son style hippie. On retrouve ses créations chez Article 721, Studio Rebel et La Chic Bohème, à Québec, ainsi qu’en ligne. www.carlodesign.net


5 - La féminité nostalgique d’Émilie Giroux
Discrète, Émilie Giroux n’est pas des plus bavardes sur les médias sociaux. Elle préfère mettre son énergie à la machine à coudre. Et elle le fait fort bien. Depuis deux ans, sa griffe éponyme se taille une place de choix parmi les collections québécoises bien établies à la boutique Signatures québécoise, qui est située dans le « nouvo » Saint-Roch à Québec.
Remarquée d’abord pour ses manteaux et ses vestons toujours bien taillés, elle propose dans sa plus récente collection (qui débarque ces jours-ci en boutique !) des pièces simples, féminines et inspirées du style matelot des années 1960. www.emiliegiroux.com



6 - L’audace de Katherine Tessier
Katherine Tessier est toujours aux études collégiales. Mais cela ne l’empêche pas de vivre son rêve de designer de mode féminine. Entre les examens et les travaux scolaires au Campus Notre-Dame-de-Foy, la jeune femme a lancé en 2014 une première collection de vêtements de croisière, puis une seconde l’an dernier. Influencée par l’effervescence de New York et par la scène pop, ses premières créations sont le reflet de sa personnalité artistique et de son cheminement académique.
Ses efforts pour se démarquer ne sont pas en vain : après avoir participé à trois reprises au Festival Québec Mode, elle prendra part à la prochaine édition de la Semaine de mode de Vancouver qui se déroulera du 14 au 20 mars. www.katherinetessier.com