vendredi, octobre 06, 2006

Quand la mode soutient la cause

Article publié hier dans Le Soleil

La mode n’est pas que frivole. Elle soutient de plus en plus de causes, dont celle de la prévention du cancer du sein. En ce mois de sensibilisation, plusieurs marques connues proposent des vêtements et des accessoires roses, dont une partie des profits de la vente seront remis à divers fondations et organismes soutenant la recherche sur le cancer du sein.

Les exemples d’associations entre le milieu de la mode et les causes humanitaires ne cessent d’affluer. Bien que Benetton et MAC aient ouvert la voie dans les années 90, il aura toutefois fallu attendre plus de 10 ans avant que ces associations soient largement médiatisées.

La cause la plus soutenue

On se rappellera d’Oxfam, qui a réuni des vedettes rock pour contrer le dumping dans les pays en voie de développement et, plus récemment, de la campagne d’Aldo, qui collabore avec YouthAids et met en scène des personnalités impliquées dans la lutte au sida.

En ce mois destiné au combat contre le cancer du sein, la division Feetfirst d’Aldo collabore avec la Fondation Cure, qui fait également de l’éducation et de la recherche sur cette forme de cancer. Comme des dizaines de marques et de griffes mode — Holt Renfrew, Moments intimes, Laura Canada, Wonderbra, Elita, La Baie, Aveda —La vie en Rose et plusieurs autres se sont associés à cette lutte qui reçoit également des appuis parmi les personnalités, dont celui de l’actrice Elizabeth Hurley.

« La cause du cancer du sein est la plus soutenue par les entreprises de lingerie et de vêtements féminins. Selon nous, le lien est naturel », indique Anne-Marie Hamel, de la Fondation du cancer du sein du Québec. Et les entreprises qui collaborent aux campagnes en tirent une certaine visibilité. « Il ne nous reste que quelques exemplaires de notre chandail rose, et ce, même si nous ne sommes qu’au début du mois. L’engouement pour la cause est vraiment incroyable », dit Nathalie Têtu, du magasin Holt Renfrew de Place Sainte-Foy. Le chandail en cachemire se détaille pourtant 98 $ ; tous les profits sont versés à la fondation d’Estée Lauder.

Ruban rose reconnu

L’idée du ruban rose pour le cancer du sein vient d’ailleurs d’Evelyn Lauder, belle-fille d’Estée Lauder et première vice-présidente de sa compagnie. En 1993, soit deux ans après la création du premier ruban rouge contre le sida, elle a lancé non seulement le ruban rose, mais aussi un mouvement planétaire visant à soutenir la recherche sur le cancer du sein.

D’autres organismes ou fondations liés à la recherche sur le cancer du sein ont emboîté le pas, avec leur propre effigie. Fondation Cure a adopté le symbole de la fleur rose, représentant la vie et l’épanouissement, qui sera associée à tous les articles promotionnels. Et la Fondation du cancer du sein du Québec a lancé la campagne « Achetez rose pour la cause », appuyée par une dizaine de grandes marques. « Il suffit de poser de petits gestes pour contrer le cancer du sein. Notre association avec des entreprises fait en sorte que l’action de consommer devient un geste significatif », estime la Fondation.

Aucun commentaire: