mardi, avril 28, 2015

Le nez de Clarisse

Le rendez-vous était fixé dans un restaurant de la basse-ville de Québec. Je l’ai tout de suite reconnue… par son odeur. Une fragrance bien présente, mais pas du tout dérangeante. Bref, une fragrance qui lui collait à la peau.


Peu surprenant. Clarisse Monereau, fondatrice de la première (et unique) École en parfumerie au Québec, est une spécialiste des odeurs. Obnubilée par les parfums depuis son enfance, la Française d’origine, débarquée à Montréal en 2007, a été représentante et gestionnaire de compagnies de parfums et de beauté avant de lancer sa propre entreprise. Elle est un nez, dit-on dans le domaine. 


Clarisse Monereau aimerait offrir ses cours et ateliers en parfumerie à Québec. Photo de courtoisie


De passage à Québec la semaine dernière, pour souligner les 5 ans de son école, elle venait aussi tâter le terrain pour ouvrir une succursale dans la région. « Je cherche en fait un lieu ou un studio où je pourrais offrir mes ateliers, selon la demande », m’indique-t-elle.

Ses ateliers en parfumerie s’adressent à monsieur et madame tout-le-monde. À des passionnés de parfums, mais pas des experts en la matière. Les gens s’y inscrivent par curiosité, comme ils suivent un cours de cuisine ou sur le vin.
« Le but est de démystifier les parfums et les grandes familles olfactives pour que les gens soient capables de se parfumer avec élégance, poursuit-elle. En quelques heures, les apprentis parfumeurs sont assez à l’aise pour créer leur propre parfum, pour le plaisir bien sûr. » 

La parfumeuse partage aussi son expertise avec les artistes qui souhaitent mettre en bouteille leur image. Ces dernières années, elle a agi à titre de directrice olfactive pour la création des deux eaux de parfums de Jean Airoldi, puis elle a collaboré avec Caroline Néron, notamment pour l’élaboration de son plus récent jus, Néron Homme. 




« Je n’ai pas de problème avec les parfums de célébrités, lance-t-elle. Comme pour tout autre parfum, ils doivent suivre une démarche professionnelle et être structurés, ce qui n’est pas toujours le cas avec les parfums de masse vendus dans les grandes surfaces qui veulent plaire à tout le monde en jouant sur différentes notes. » 

De fait, un parfum ne peut pas plaire à tout le monde. C’est même l’inverse, croit l’experte.
« Les odeurs évoquent des souvenirs distincts pour chaque personne. Et chaque odeur a sa personnalité. Il faut l’essayer avant d’acheter ». 

Vous voulez en connaître davantage sur la parfumerie ? Formez un groupe et contactez Mme Monereau. Elle se déplacera à Québec pour vous faire vivre un atelier d’une demi-journée.

Des cours de 30h sont aussi offerts à l’École en parfumerie Clarisse Monereau, à Montréal.
Contact: 514 553-4430

www.ecoleenparfumerie.com

2 commentaires:

Annie de Victo ;) a dit...

Permettez- Vous, cette Rencontre Parfumée avec Mme Clarisse Monereau dans un Univers Parfumé qui vous enchanteras . J'ai eu cette chance et le Plaisir de découvrir le Merveilleux Monde de la Parfumerie et on se permet de voyager avec chaque histoire parfumée, d'odeurs différentes. C'est tres Passionnnant ;)

Annie, journaliste mode et art de vivre a dit...

Merci de votre témoignage Annie ! Vous donnez certainement le goût à d'autres passionnés de suivre cette formation. :-)