mardi, avril 28, 2015

Le nez de Clarisse

Le rendez-vous était fixé dans un restaurant de la basse-ville de Québec. Je l’ai tout de suite reconnue… par son odeur. Une fragrance bien présente, mais pas du tout dérangeante. Bref, une fragrance qui lui collait à la peau.


Peu surprenant. Clarisse Monereau, fondatrice de la première (et unique) École en parfumerie au Québec, est une spécialiste des odeurs. Obnubilée par les parfums depuis son enfance, la Française d’origine, débarquée à Montréal en 2007, a été représentante et gestionnaire de compagnies de parfums et de beauté avant de lancer sa propre entreprise. Elle est un nez, dit-on dans le domaine. 


Clarisse Monereau aimerait offrir ses cours et ateliers en parfumerie à Québec. Photo de courtoisie


De passage à Québec la semaine dernière, pour souligner les 5 ans de son école, elle venait aussi tâter le terrain pour ouvrir une succursale dans la région. « Je cherche en fait un lieu ou un studio où je pourrais offrir mes ateliers, selon la demande », m’indique-t-elle.

Ses ateliers en parfumerie s’adressent à monsieur et madame tout-le-monde. À des passionnés de parfums, mais pas des experts en la matière. Les gens s’y inscrivent par curiosité, comme ils suivent un cours de cuisine ou sur le vin.
« Le but est de démystifier les parfums et les grandes familles olfactives pour que les gens soient capables de se parfumer avec élégance, poursuit-elle. En quelques heures, les apprentis parfumeurs sont assez à l’aise pour créer leur propre parfum, pour le plaisir bien sûr. » 

La parfumeuse partage aussi son expertise avec les artistes qui souhaitent mettre en bouteille leur image. Ces dernières années, elle a agi à titre de directrice olfactive pour la création des deux eaux de parfums de Jean Airoldi, puis elle a collaboré avec Caroline Néron, notamment pour l’élaboration de son plus récent jus, Néron Homme. 




« Je n’ai pas de problème avec les parfums de célébrités, lance-t-elle. Comme pour tout autre parfum, ils doivent suivre une démarche professionnelle et être structurés, ce qui n’est pas toujours le cas avec les parfums de masse vendus dans les grandes surfaces qui veulent plaire à tout le monde en jouant sur différentes notes. » 

De fait, un parfum ne peut pas plaire à tout le monde. C’est même l’inverse, croit l’experte.
« Les odeurs évoquent des souvenirs distincts pour chaque personne. Et chaque odeur a sa personnalité. Il faut l’essayer avant d’acheter ». 

Vous voulez en connaître davantage sur la parfumerie ? Formez un groupe et contactez Mme Monereau. Elle se déplacera à Québec pour vous faire vivre un atelier d’une demi-journée.

Des cours de 30h sont aussi offerts à l’École en parfumerie Clarisse Monereau, à Montréal.
Contact: 514 553-4430

www.ecoleenparfumerie.com

mercredi, avril 22, 2015

De la mode au musée

Lors du dévoilement de la programmation du Festival Québec Mode, un événement (ou plutôt une exposition) a attiré mon attention. Une expo photo qui s’intitule tout simplement Images de Mode.


L’art et la mode vont de pair. Et c’est ce que voulait démontrer le photographe de mode David Cannon qui a immortalisé les créations vestimentaires de cinq designers québécois dans les salles d’exposition du Musée national des Beaux-Arts du Québec.


Le photographe David Cannon en action. Photo Jocelyn Bernier


Il résulte de cette séance de photo peu conventionnelle 12 images de mode qui seront dévoilées au public le 29 avril, lors de l’ouverture du Festival Québec Mode.

Posant devant les œuvres d’artistes peintres québécois, dont Jean Paul Lemieux et Paul-Émile Borduas, les mannequins ont endossé avec élégance et prestige les créations des griffes Rad Hourani, Denis Gagnon, Nadya Toto, UNTTLD et RUDYBOIS.

Quelques photos du "making of" du projet avec, de haut en bas, les créations vestimentaires de Rad Hourani, UNTTLD et RUDYBOIS. Photos tirées de la page Facebook Images de Mode


Une toile dans une toile

Le projet trottait dans la tête du photographe depuis plus d’un an. C’est lors d’une visite au musée de Louvre de Paris qu’il a eu l’idée de créer une toile dans une toile.

Mais le défi était de taille. Non seulement pour tout coordonner, avec les designers et l’institution muséale, mais aussi pour créer un dialogue artistique entre les vêtements, les mannequins et les peintures.

Un an plus tard, le résultat promet d’être fort créatif, si l’on en croit les clichés du « making of » qui ont été publiés ces derniers jours sur la page Facebook de l’exposition Images de Mode.

Équipe locale

J’aime : l’une des particularités du projet est qu’il rassemble le talent local. Le photographe David Cannon a fait appel à des stylistes et à des experts coiffeur et maquilleur de Québec, de même qu’à l’agence Focus One et à cinq de ses mannequins originaires de la région (et qui ont toutes une expérience à l’international).

Bien hâte de voir ces 12 images de mode. :-)

Vous voulez y aller ?


L’exposition Images de Mode sera ouverte au public, du 29 avril au 2 mai, au 1er étage de l’Espace 400e, dans le Vieux-Port de Québec. L’accès est gratuit.



lundi, avril 20, 2015

Chiffon chic

À une semaine et des poussières du lancement du 4e Festival Québec Mode, les designers et les artisans gravitant autour de l’industrie de la mode québécoise s’affairent aux derniers préparatifs.


Et j’ai eu le goût de vous en présenter quelques-uns. Ces designers de la relève de la région, ces griffes bien établies et ces passionnés de mode qui donneront le ton à ce Festival qui célèbre la mode et le design à Québec.

Coup de cœur pour la robe Athie. Photo de courtoisie

Premier arrêt dans l’atelier de Judith Jean-Germain, designer de Collection Chiff. Diplômée de l’École de mode du Campus Notre-Dame-de-Foy en 2007, la jeune créatrice de mode a fait ses classes en œuvrant auprès de différents designers, dont Sonia Plourde, Marie Dooley et Achigan Ecodesign, avant de lancer sa propre collection. Qu’elle a simplement baptisé Chiff, en hommage à sa matière préférée, le chiffon.



Judith Jean-Germain, designer de Collection Chiff. Photo courtoisie 


En toute féminité

En plus d'être confortables et de mettre en valeur la silhouette féminine, les créations signées Chiff se distinguent par l'ajout de textures faites à la main et de peinture sur le tissu, qui rendent les pièces presque uniques. Tout en ayant une coupe simple et facile à porter.

Pour sa 2e participation au Festival (- elle faisait partie des dix designers du projet « Défilé des 100 Robes, 2e édition -), Judith Jean-Germain présentera des pièces de sa collection estivale, lors du défilé collectif urbain, le 2 mai prochain.



En haut, la robe à licou Marie. Ci-bas, la robe Mandy et le chandail bleu texturé à la main Clarisse. Photos tirées du lookbook de la collection printemps-été 2015 de Collection Chiff


« Je vais aussi présenter cinq tenues qui ne sont pas dans ma collection, annonce-t-elle. Ce sont des modèles que j’ai embellis avec de la peinture, par gros motifs tachetés, soit en dégradés ou par effet marbré. »

L'invitation est lancée !

Défilé « Collectif urbain », le 2 mai, à 19hA L'Espace 400e, au 100 Quai Saint-André
Les billets sont en prévente, 20$ au www.quebecscope.com ou 30$ à la porte.Pour de plus amples informations, www.festivalquebecmode.com







jeudi, avril 09, 2015

Le Festival Québec Mode déménage à l'Espace 400e

Pour sa 4e édition, le Festival Québec Mode, qui se déroulera du 29 avril au 2 mai, promet plusieurs nouveautés. La première: tous les défilés seront présentés à l'Espace 400e Bell dans le Vieux-Port de Québec.

En conférence de presse ce matin, la directrice générale Karine Albert a dévoilé la programmation du festival qui se veut plus diversifiée que par les années précédentes.

Parmi les têtes d'affiche, la griffe de Québec Myco Anna lancera les festivités le 29 avril en célébrant en grand ses 20 ans (je vous en avais glissé un mot dans mon article pour La Presse ;)).


Des défilés des boutiques Laliberté et Lingerie Flirt, de Frank Lyman Design et des finissants de l'École de mode du CNDF seront présentés dans les jours suivants.

Tandis que deux défilés collectifs, présentant une douzaine de griffes et d'artisans de Québec, clôtureront le Festival le samedi 2 mai. Parmi les collections, on y retrouvera Chato Mode, Autrefois Saïgon, Cœur de Loup, Katherine Tessier, Collection Chiff et plusieurs autres.

Tous ces défilés se dérouleront à l'Espace 400e, un lieu qui offrira "plus de confort et plus de glamour", selon Karine Albert, que le chapiteau blanc qui était installé dans Saint-Roch dans les dernières années.
La directrice générale du Festival Québec Mode, Karine Albert, a dévoilé la programmation de la 4e édition ce matin en conférence de presse. 

D'autres nouveautés sont au menu, dont la Grande Virée Shopping et Signé St-Roch, l'exposition Images de mode, la présence de Etsy Ville de Québec et le défilé Cycle Chic,

Pour connaître tous les détails, visitez le www.festivalquebecmode.com.



C'est un rendez-vous mode ! :-)

Les petites robes de Marie

Sublimer la silhouette féminine. Toutes les silhouettes féminines. Voilà l'une des forces de la créatrice de mode de Québec Marie Dooley qui, depuis près de 30 ans, revisite les courants de mode pour qu'ils soient intemporels et faciles à porter.

Hier soir, lors du défilé de sa collection printemps-été, auquel j'ai assisté, elle a une fois de plus réussi ce tour de force. Et, du même coup, séduit l'assistance, avec ses nombreuses petites robes aux formes variées.

Hormis quelques pantalons et un ensemble une-pièce noir (sublime !), ce sont les robes qui retiennent l'attention cette saison. Un vêtement que la couturière d'expérience module à sa façon en s'inspirant notamment des décennies antérieures.

De la robe rétro à gros pois à la maxi robe à rayures pour les vacances, en passant par les robes de soirée à dos ouvert, il y a une robe pour chaque occasion. Et pour chaque femme, semble dire la designer.


La parfaite petite robe, en coton imprimé bleu et blanc, 365 $.





Les teintes de sorbet et de pastel sont en vedette, comme le turquoise de ce tailleur (365 $) et le pêche de ce mignon chandail réversible à boucles (les boucles peuvent aussi se porter au dos !), 175 $. 


Il soufflait hier un vent chaud, invitant l'été, sur la passerelle de mode. Les douces teintes de sorbet, les rayures obliques dynamiques, mais surtout les nombreux imprimés fleuris et botaniques ont tapissé les quelques 45 ensembles qui composent la collection.

(À noter que j'ai préféré publier les belles photos du lookbook plutôt que les photos floues que j'ai prises avec mon iPhone hier soir ! ;-))


Mon coup de cœur: une jolie robe en lin à imprimé fleuri, 435 $. Photos de Stécie April


Vivement l'été !

La collection est disponible dès maintenant chez Marie Dooley Signature, 3-B boul. René-Lévesque Est



mercredi, avril 01, 2015

Esther P débarque à La Vie Sportive !

On aime les bonnes nouvelles dans le commerce au détail, trop peu nombreuses ces temps-ci. Et on aime encore plus quand elles résultent des efforts d'une passionnée de la mode et des beaux vêtements.

Cette jeune passionnée est Esther Pichette, qui est bien connue à Québec pour sa magnifique boutique Esther P qui avait pignon sur la rue Saint-Jean jusqu'à l'an dernier.

À la recherche de nouveaux défis professionnels, Esther a accepté celui de La Vie Sportive de créer un espace de prêt-à-porter féminin à la fois raffiné et confortable, parfait pour un week-end chic !

Esther Pichette en compagnie Yves Jacques, propriétaire de La Vie Sportive. Photo courtoisie


L'espace prêt-à-porter par Esther P a été inauguré hier soir. Il s'agit en fait d'une petite boutique dans la grande. Sur place, j'ai pu constater que non seulement le lieu est à l'image de la styliste, mais le choix des vêtements l'est également.

On y retrouve des marques recherchées telles que Maison Scotch, Velvet, Michael Kors, French Connection, Noa Noa et Mélissa Nepton (l'une de mes griffes québécoises préférées !).

Une collection avec des imprimés vintage de joueuses de tennis et des mini raquettes, j'adore ! (photo de mon iPhone)


Le tout dans un décor lumineux où les boiseries blanches attirent vite l'attention. Et les clientes. :-)

Plusieurs maillots chics et sophistiqués font partie de la sélection d'Esther. Photo courtoisie


Bon succès à Esther et à l'équipe de La Vie Sportive, qui se positionne certainement comme une destination pour les fashionistas (sportives ou non ! ;))


La Vie Sportive, 600 rue Bouvier, Québec


Instagram