jeudi, décembre 28, 2006

Le farniente en loungewear

Extraits d'un article publié ce matin dans Le Soleil

Les vacances de Noël sont l’occasion de se détendre en famille et de recevoir des amis à la maison. Vêtue d’un confortable, mais élégant, ensemble de style « loungewear », vous pourrez facilement passer d’une activité à l’autre sans vous changer.

Le « loungewear » est un courant présent dans la mode occidentale depuis quelques années. Il peut se traduire par des tenues de détente raffinées. On troque donc le t-shirt défraîchi et le pantalon de jogging pour une camisole bordée de dentelle, un haut satiné ou encore un pantalon de coupe yoga.

Cet hiver, ce sont les vêtements d’aspect luxueux, mais à petits prix, qui ont la cote. Recherchez les matières satinées, les dentelles ou les lisérés de paillettes pour paresser avec goût à la maison.

Pyjama geisha, 29.95 $, chez Simons


Le luxe abordable est vu cette saison chez La Senza avec le pantalon de satin, un coup de cœur de la saison. Offert dans les teintes de vieux rose, de gris ou de chocolat, il est pratique avec sa taille coulissante et ses poches cargos et il s’agence à un haut de coton ou à un t-shirt ajusté à logo.

Chez La Vie en rose, on joue la détente glamour avec des camisoles asymétriques à licou agrémentées de petites pierres du Rhin et avec de jolis mini-cardigans froncés aux coloris mode de blanc, de fuchsia et de noir. Le tout confectionné dans des textiles extensibles combinant le coton et l’élastanne.

Les robes de détente sont des incontournables du farniente, offertes cette saison avec leur taille empire ou encore avec les manches kimono et autres détails asiatiques. Toutefois, oubliez la traditionnelle robe de chambre de ratine, démodée et encombrante. On préfère un peignoir satiné et léger, mais qui vous enveloppera tout autant.

Enfin, vos pieds seront comblés avec de jolies pantoufles hautes qui rappellent les Ugg Boots, ces bottes pastel en peau de mouton portées par les stars hollywoodiennes ces dernières années. Faites de tissu suédé ou poilues, ces pantoufles sont les plus tendances cet hiver !

mercredi, décembre 13, 2006

Mes chaussures marchent à moi !

Pas besoin de me déplacer ou d'affronter les foules au centre commercial. C'est devant mon ordi que je choisis mes chaussures et accessoires. J'ai essayé et tout de suite adopté ! J'ai même commandé des bottes d'hiver pour mon chum et je crois bien qu'il les aime.

Quoi de plus excitant que de recevoir une paire de chaussures à domicile, livrées par la gentille madame de UPS ? Même que ce matin, j'ai reçu un magnifique sac à main en cuir rouge.... pendant que je déjeunais ! Yé ! Merci Aldo pour ce cadeau ! (il y a quand même certains avantages à être chroniqueuse mode !).

D'ailleurs, on dit que d'offrir une paire d'escarpins, de bottes ou de chaussures griffées est un cadeau in cette année ! Moi, j'approuve (parce qu'on en a jamais assez ! ;))


Escarpin rouge à offrir en cadeau, en solde chez Transit

Botte dorée, également en solde, chez Aldo

Il m'est d'ailleurs venu l'idée d'inviter mes lecteurs du Soleil à essayer l'achat en ligne pour le magasinage des Fêtes. J'en ferai mention dans ma prochaine chronique. C'est tellement plus relaxant. Et il n'est pas trop tard pour faire vos commandes: la livraison ne prend que 2 à 3 jours. Vous pouvez même faire livrer chez la personne de votre choix ! Pratique.

psitt ! en passant, il y a plein de rabais en ligne... allez y jeter un oeil !

www.aldoshoes.com
www.transitshoes.com

mercredi, décembre 06, 2006

Un post à faire rougir

Dans la vie de chroniqueuse mode, il y a des assignations plus divertissantes que d'autres. Hier soir avait lieu un défilé de lingerie de la boutique Lee Love, en guise de préliminaire à une démonstration de produits érotiques. J'y suis allée avec mon copain, question de se mettre au goût du jour ! ;)

Quelle ne fût pas ma surprise de constater que le choix est non seulement varié, mais aussi très raffiné. Certains vibrateurs ont même été conçus par des designers de prêt-à-porter de renom !
Celui-ci porte d'ailleurs le nom de sa créatrice, la designer Shiri Zinn, qui a entre autre déjà travaillé avec la designer Sonia Rykiel. Sa fourrure rose et ses cristaux de Swarovski rappellent davantage le luxe que l'érotisme ! Il se vend toutefois 250 $ !


Et que dire de ce vibrateur très design, appelé le Lelo Nea et vendu 130 $. Trainez-le dans votre sac à main sans risque de vous faire prendre ! ;)


p.s. pour ceux qui se posent la question, je n'ai rien acheté ! Je travaillais quand même !! ;)

vendredi, décembre 01, 2006

Le jumper fait un saut dans votre garde-robe !

Extrait d'un article publié hier dans Le Soleil

N’ayez crainte. Il n’est pas question ici de vous inciter à troquer votre tailleur pour un jumper d’écolière. Mais plutôt de présenter une version plus femme de ce classique de la mode, oublié des tendances ces 10 dernières années. Revoici la robe-chasuble.

C’est un retour en bonne et due forme que fait cet automne la robe-chasuble, mieux connue sous le nom de jumper. Autrefois réservée aux écolières portant l’uniforme, cette jolie robe à l’allure juvénile a été revisitée par plusieurs designers cet automne, se retrouvant aujourd’hui en boutique.

Pratique et confortable, elle se porte le plus souvent avec un chemisier ou sur un corsage à manches longues. Vue sur les podiums de Chanel, de Luella et de Chloé, la robe chasuble loge également aux enseignes des grands magasins. Par exemple, elle prend un air rétro chez Zara, chic chez Holt Renfrew et juvénile chez Simons.

Collection Luella

Si elle a toujours un style sage et classique, la robe chasuble a bien d’autres qualités plus contemporaines. Chez Holt Renfrew, la tendance du mois est signée par Ralph Lauren et présente un modèle des plus chics. Mi-chemisier, mi-fourreau, la robe-chasuble complète élégamment les hauts vaporeux et habille les jambes moulées de la saison. Son ourlet tombe sur ou sous le genou, dans une coupe rappelant la jupe crayon, très féminine, et confortable puisqu’elle est faite de lainage doux.

Par sa forme généralement très droite, la robe-chasuble attire le regard sur le buste, allégeant ainsi le poids du bas du corps. Les femmes aux jambes lourdes et aux hanches rondes peuvent donc facilement la porter. Cette forme de robe convient également aux femmes ayant une petite poitrine.

Enfin, pour les sorties, les plus jeunes la porteront avec une ceinture large et des leggings, un autre article « dépoussiéré » cette saison. Ou encore portez-la sur un jean cigarette et directement sur la peau, si vous avez les bras fermes, c’est la tendance européenne de l’heure.

mercredi, novembre 29, 2006

Une tête girlie !

J'ai reçu cette semaine des échantillons pour les vraies "fifilles" ! Et vous savez combien j'adore essayer de nouveaux produits ! ;)

La célèbre marque londonienne Charles Worthington a lancé dernièrement une ligne du nom de Dream Hair, conçue exclusivement pour les filles. Les vraies. D'ailleurs, les produits sont tellement parfumés qu'ils remplacent presque le parfum pour le corps.



Je n'ai pu m'empêcher de les essayer et voici mes premiers commentaires:

Les qualités :
- Bouteilles esthétiquement belles et attrayantes (on pourrait même les offrir en cadeau !)
- Parfums durables dans les cheveux, même en fin de journée
- Lavent en profondeur et donnent de la souplesse aux cheveux

Les défauts :
- Bouteille faites de plastique fragile (une des bouteilles a d'ailleurs cassé lors de l'expédition)
- La pompe bouche facilement
- Le parfum peut parfois être trop prononcé à l'application
- Disponible seulement chez Pharmaprix à 12.99 $

p.s. Ces produits ne viennent pas déloger mon coup de coeur des derniers mois, que j'ai reçu de belle-maman ! Le shampooing italien Art Rigenera I Capelli Trattati ! La bouteille est franchement laide, mais le produit est extra !! : )

mercredi, novembre 22, 2006

Bottes lunaires... la suite

Bon, je peux enfin publier les photos de bottes lunaires. Désolé du retard, le serveur fait des siennes ces temps-ci ! Voici mes 2 coups de coeur... en mode lunaire (mais très chers !) ;)




Botte signée Stella McCartney 300 $, en vente chez Browns
Botte signée Lacoste 175 $, chez Schüz et Browns

Défilé Victoria's Secret

La semaine dernière avait lieu le très attendu défilé annuel Victoria's Secret. Cette année, la thématique du costume d'Halloween semblait être à l'honneur, dans une version disons minimaliste ! "On veut des bonbons", diraient sûrement les personnages des Têtes à claques !




jeudi, novembre 16, 2006

Bottes lunaires !

... pour garder les deux pieds sur terre

Extrait d'un article publié aujourd'hui dans Le Soleil

Oubliez la gadoue, le froid et la neige cet hiver en enfilant des bottes qui vous rappelleront votre enfance. Les bottes lunaires font un retour en force, avec cette fois, un style affiné qui épouse la jambe et des coloris très féminins.

On combine le confort des grosses bottes d’hiver Sorel et le style des bottes griffées en adoptant les bottes lunaires, que certaines compagnies appellent aussi les snow boots. Mélangeant le nylon, le suède et la fourrure, les bottes athlétiques n’ont rien d’ennuyeux.

« Les compagnies de chaussures de sport ont fabriqué pour cet hiver des bottes au style athlétique et aux imprimés ludiques. Ça nous rappelle les bottes Lunar de notre enfance, mais dans un style plus branché. Et surtout, c’est moins déprimant de se promener l’hiver avec de jolies bottes ! » lance Patrick Montminy, copropriétaire de la boutique Schüz.

Les fabricants québécois comme Pajar, La Canadienne et Saute-Mouton sont également à surveiller puisqu’ils ont développé ces dernières années des techniques de confection adaptées au climat québécois. La nouvelle technologie nous offre des doublures minces en thermolite, qui nous évite de transpirer et qui garde la chaleur. Pas question de geler des orteils en attendant l’autobus cet hiver !

De plus, l’élégante botte à semelle de crêpe compensée garde son pouvoir isolant tout en élevant le talon de quelques centimètres, question de ne pas salir le bas du pantalon dans la gadoue et de conserver une démarche féminine.

Bottes au poil

L’hiver dernier, les compagnies avaient lancé sur le marché une panoplie de bottes de fausse fourrure à poils longs, que l’on retrouve encore cette année. Mais les nouveaux modèles sont plus pratiques, ayant des touches ou des bordures de poils plutôt que d’en être entièrement recouvertes. « Les bottes de fourrure ont l’avantage d’être chaudes et d’être stylisées, mais elles sont aussi très salissantes en ville. C’est pourquoi il est préférable de choisir une botte de suède à bordure de fourrure », suggère pour sa part Caroline, conseillère chez Browns.

Alors, prêts pour l’hiver ?

jeudi, octobre 26, 2006

Vive la mariée !

C'est un rêve de jeune fille pour certaines, un symbole d'engagement pour d'autres. Quoiqu'il en soit, le mariage est à nouveau tendance... et ce, même si l'on compte encore plus de divorces par année que d'unions.

Je suis donc allée au Salon de la mariée samedi dernier pour voir les nouvelles tendances. Premier constat: y'a du monde, voire beaucoup de monde !, et les filles sont prêtes à dépenser d'importantes sommes pour la robe de leur rêve. Parfois jusqu'à 2 500 $.

Sinon, on voit aussi que la robe traditionnelle est moins populaire, comme l'indique mon article paru ce matin dans Le Soleil. En voici un extrait:

Je la veux !!!! ;) Création Zora L'Huppée, photo Érick Labbée, Le Soleil.


La mariée brise les traditions cet automne et portera une somptueuse robe… colorée ! Ivoire, champagne, rose ou même bourgogne, la robe de la mariée prend la teinte choisie par la future épouse. Pourtant, les traditions sont toujours aussi marquées avec le retour du voile et de la robe à traîne.

Près de 40 % des robes de mariées vendues au Québec ne sont pas blanches, selon les différents commerçants et designers rencontrés au Salon de la mariée et de la réception de Québec. L’an dernier, plusieurs robes bicolores (surtout blanc et rouge) marquaient le défilé, laissant entrevoir une percée des robes colorées.

Qu’elle soit blanc immaculé ou bourgogne, la robe de mariée est toujours aussi fastueuse, avec ses différents corsages de style bustier à broderies et ses larges jupes ballon à plis multiples. On note d’ailleurs quelques similitudes avec les robes vues dans le film Marie-Antoinette, qui est présentement à l’affiche.

Mariée et future maman

La mariée la plus tendance cette année est celle qui échangera ses vœux une fois enceinte. À la Maison Victoria, quelque 3 futures mariées sur 10 sont enceintes durant les préparatifs ou lors du mariage. La tendance est si forte que certaines lignes ont lancé des collections, souvent de taille empire, spécialement conçues pour les femmes enceintes. Encore une fois, les traditions adoptent une saveur actuelle !

mercredi, octobre 18, 2006

Clin d'oeil au printemps !

Ce n'est pas parce qu'il pleut, qu'il vente et qu'il fait froid à l'extérieur qu'on ne peut pas rêver au printemps prochain !!

Et, comme promis, voici quelques coups de coeur (virtuels, puisque je n'y étais pas !) de la Semaine de la mode de Montréal.

Comme nous, les designers montréalais craquent pour la robe estivale et légère, qui a fait un retour en force l'été dernier, et pour les coloris vifs. Super, on a déjà hâte !!

Ma préférée !!! Robe courte à manche chauve-souris de Muse, par Christian Chenail

Le chocolat sera de la partie l'été prochain ! Robe signée Muse

En jaune vif chez Marisa Miniccuci pour la griffe M Siamo

En violet satiné pour la griffe Envers

La jeune designer Ève Gravel prend de la maturité avec une collection toujours aussi jeune et branchée, mais plus raffinée. On adore !!

Marie Saint Pierre est reconnue pour ses froissés et drapés qui se superposent. Ici encore, on remarque la teinte chocolatée pour l'été.

jeudi, octobre 12, 2006

La maigreur des mannequins... la suite

Avec le début de la Semaine de la mode à Montréal, les médias ont relancé la question du poids des mannequins. Ils ont "spinné" depuis lundi des dizaines de reportages sur l'anorexie et sur les "horribles" agences de mannequins qui demandent à ces jeunes filles d'être toujours plus maigres. Et c'est sans parler du ministre Couillard qui a embarqué dans l'arène.

Mais puisque Le Soleil a décidé de rester spectateur de ce débat, je vais donc rappeler ici même mon point de vue sur la question.

L'an dernier, je publiais un article sur le métier de mannequin à Québec. Quatre agences se font la lutte dans la Capitale pour obtenir les quelques grands contrats chaque année. Et ces agences emploient chacune une dizaine de mannequins dits standards ainsi qu'une vingtaine de filles dites "populos", c'est-à-dire photogéniques, mais trop petites pour être mannequins.

Si toutes les filles qui défilent ont comme point commun d'être grandes (plus de 5 pieds 8 requis), leurs mensurations varient d'une à l'autre. Et on remarque que ce sont les tailles 5 à 8 qui travaillent le plus. Donc, pas de taille 0 ou 2 chez les mannequins de Québec, ni de look androgyne. Et aucune fille de Québec ne ressemble aux squelettes que l'on a vu défiler en Europe.

D'ailleurs, moi-même quand je fais un shooting, je sélectionne toujours une fille bien proportionnée, mince (mais pas maigre) et souriante !


Marilou, de l'agence Eva, est l'une des mannequins les plus populaires à Québec. Et elle habille une taille 5 !

Alors, d'où vient l'influence des jeunes filles qui veulent tant maigrir ? On devrait plutôt se tourner vers les stars hollywoodiennes qui n'en finissent plus de perdre du poids, vers les manufacturiers de vêtements qui proposent des coupes hyper sexy et ajustées aux fillettes de 9 ans et vers nous, en tant que société dite avancée !

En passant, une suite sur le film sur l'anorexie La peau et les os, 15 ans plus tard, sortira sur les écrans dans les prochaines semaines. Ça ne pouvait pas mieux tomber !

mardi, octobre 10, 2006

La Semaine de la mode... sans moi !

Aujourd'hui débute la Semaine de la mode de Montréal où près de 80 griffes et designers présentent leur collection printemps-été 2007. C'est un lieu où les acheteurs et les médias voient en primeur les tendances de la prochaine saison, assistant parfois jusqu'à 10 défilés par jour.

Mais je n'y serai pas. J'ai bel et bien reçu les invitations aux défilés et cocktails, mais y assister serait synonyme de débourser de ma poche. Et comme Le Soleil n'a pu me garantir de publier mes articles la semaine prochaine (Il publie habituellement ceux de La Presse pour la SMM), alors je n'ai pas confirmé ma présence.

Dommage. J'aurais vraiment aimé y assister. Et surtout côtoyer enfin la faune artistique et mode de Montréal. Mais bon, ce sera pour une autre fois...

D'ici là, j'assisterai virtuellement à certains défilés qui seront disponibles sur le web et je publierai ici les photos de mes coups de coeur. Parce que le printemps prochain n'est pas si loin ! ;)

vendredi, octobre 06, 2006

Quand la mode soutient la cause

Article publié hier dans Le Soleil

La mode n’est pas que frivole. Elle soutient de plus en plus de causes, dont celle de la prévention du cancer du sein. En ce mois de sensibilisation, plusieurs marques connues proposent des vêtements et des accessoires roses, dont une partie des profits de la vente seront remis à divers fondations et organismes soutenant la recherche sur le cancer du sein.

Les exemples d’associations entre le milieu de la mode et les causes humanitaires ne cessent d’affluer. Bien que Benetton et MAC aient ouvert la voie dans les années 90, il aura toutefois fallu attendre plus de 10 ans avant que ces associations soient largement médiatisées.

La cause la plus soutenue

On se rappellera d’Oxfam, qui a réuni des vedettes rock pour contrer le dumping dans les pays en voie de développement et, plus récemment, de la campagne d’Aldo, qui collabore avec YouthAids et met en scène des personnalités impliquées dans la lutte au sida.

En ce mois destiné au combat contre le cancer du sein, la division Feetfirst d’Aldo collabore avec la Fondation Cure, qui fait également de l’éducation et de la recherche sur cette forme de cancer. Comme des dizaines de marques et de griffes mode — Holt Renfrew, Moments intimes, Laura Canada, Wonderbra, Elita, La Baie, Aveda —La vie en Rose et plusieurs autres se sont associés à cette lutte qui reçoit également des appuis parmi les personnalités, dont celui de l’actrice Elizabeth Hurley.

« La cause du cancer du sein est la plus soutenue par les entreprises de lingerie et de vêtements féminins. Selon nous, le lien est naturel », indique Anne-Marie Hamel, de la Fondation du cancer du sein du Québec. Et les entreprises qui collaborent aux campagnes en tirent une certaine visibilité. « Il ne nous reste que quelques exemplaires de notre chandail rose, et ce, même si nous ne sommes qu’au début du mois. L’engouement pour la cause est vraiment incroyable », dit Nathalie Têtu, du magasin Holt Renfrew de Place Sainte-Foy. Le chandail en cachemire se détaille pourtant 98 $ ; tous les profits sont versés à la fondation d’Estée Lauder.

Ruban rose reconnu

L’idée du ruban rose pour le cancer du sein vient d’ailleurs d’Evelyn Lauder, belle-fille d’Estée Lauder et première vice-présidente de sa compagnie. En 1993, soit deux ans après la création du premier ruban rouge contre le sida, elle a lancé non seulement le ruban rose, mais aussi un mouvement planétaire visant à soutenir la recherche sur le cancer du sein.

D’autres organismes ou fondations liés à la recherche sur le cancer du sein ont emboîté le pas, avec leur propre effigie. Fondation Cure a adopté le symbole de la fleur rose, représentant la vie et l’épanouissement, qui sera associée à tous les articles promotionnels. Et la Fondation du cancer du sein du Québec a lancé la campagne « Achetez rose pour la cause », appuyée par une dizaine de grandes marques. « Il suffit de poser de petits gestes pour contrer le cancer du sein. Notre association avec des entreprises fait en sorte que l’action de consommer devient un geste significatif », estime la Fondation.

jeudi, septembre 28, 2006

Le jean skinny en photo


Jean à jambe extralongue, environ 150 $, Levi's. Jean fuselé 29.99 $, Winners. Jean fuselé extensible 36 $, Reitmans.

Slim le jean !


Article publié ce matin, dans Le Soleil, et SANS mon bloc-photo (grrr !)

Le denim nouveau fait son entrée. Et pas n’importe comment. Presque tous les designers et manufacturiers de jeans ont transformé son allure cet automne, imposant la tendance du slim. Skinny, fuseau ou cigarette, peu importe son appellation et son style, il se définit par sa coupe très étroite et sa taille remontée.

Ce vêtement en a vu de toutes les coupes et de toutes les couleurs depuis plus de 150 ans. Jambe éléphant, trompette, coupe droite, déchiré, rapiécé, recyclé, mini et maintenant skinny. Un terme qui réfère non seulement à l’image qu’il projette, c’est-à-dire une jambe maigre et filiforme, mais aussi parce qu’il colle littéralement à la peau. Et souligne du coup tous les défauts : culotte de cheval, mollets trop gros ou trop petits, jambes courtes, etc. À l’opposé, il sublime la silhouette des femmes les plus minces. C’est pourquoi le choix d’un bon jean s’avère primordial.

Jean extensible

Fini le temps où les femmes devaient se tortiller ou utiliser la fourchette pour enfiler un jean hyper ajusté. Les nouveaux modèles sont stretchs et confortables. La coupe rappelle celle des années 80-90, alors que le jean fuseau avait même un élastique sous le pied. Je me souviens encore de l’époque de l’école secondaire, où l’on épinglait le bas du jean à la cheville pour que ce dernier soit encore plus étroit. Heureusement, ce temps est révolu, et les jeans 2006 sont plus faciles à enfiler, à condition de toujours pointer le pied. Certains modèles sont même munis d’une fermeture éclair à la cheville. Comme quoi les tendances sont cycliques !

Mince alors !

On choisit cet automne les teintes ultra-foncées, lesquelles seront aussi amincissantes. Gris, noir ou indigo, le jean s’apparente à un legging. On l’aime teint uniformément, sauf pour quelques détails à la taille et sur les fesses, puisque les teintes un peu plus claires sont reconnues pour arrondir le galbe des fesses. Sinon, on oublie les fioritures, les délavés extrêmes ou les broderies de haut en bas, qui sont aujourd’hui chose du passé. L’accent est mis sur la coupe plutôt que sur les détails.

Comment porter le jean skinny

Vous n’avez pas le profil pour porter le jean skinny, coupe étroite et taille remontée, très en vogue cet automne ? Qu’à cela ne tienne ! Plusieurs trucs ou compromis sont possibles. « Si vous n’avez pas une taille de guêpe, il faudra porter nécessairement des bottes à talon. C’est bien connu, les talons affinent la silhouette, et les bottes cachent les chevilles épaisses », conseille Julie de la boutique Parasuco. Outre la botte, l’escarpin coloré est également un choix à privilégier. On portera alors le jean tellement long qu’il se terminera en accordéon sur la chaussure. Ce qui allonge aussi la silhouette.

Le jeu de superpositions s’avère un incontournable. Les femmes aux hanches plus rondes choisiront une tunique, un long cardigan ou encore une robe en tricot à enfiler par-dessus le jean. Toutefois, si vous ajoutez du volume dans le haut du corps, il est préférable de porter de simples escarpins ou des chaussures à talon plutôt que des bottes. Question d’équilibrer la silhouette.

Et oubliez la taille basse avec ce jean. La taille remonte et cache le tanga qui dépassait autrefois. Toutefois, un conseil pour celles qui ont un petit ventre : évitez la taille très haute qui se boutonne sur le nombril. Plus la taille est haute, plus elle accentue le contour des hanches et du ventre. Le juste milieu est donc de mise.

mercredi, septembre 27, 2006

Mannequin d'un soir

Hé oui ! j'ai récidivé hier. Une fois de plus, j'ai défilé à Place Laurier, dans le cadre du défilé automnal et en compagnie d'une dizaine de journalistes et animateurs de Québec.

Ou je devrais plutôt dire en compagnie "d'artistes" !! J'ai d'ailleurs fait le saut lorsque la fille à l'accueil m'a dit "ah... vous êtes une artiste !" Euh... oui, si vous voulez. Quoique écrire des articles n'a pas grand chose d'artistique.

Bref, j'étais hyper stressée et le trajet en auto jusqu'au centre commercial m'a paru interminable. Et sûrement davantage pour mon chum qui conduisait.. et me subissait. ;)

Mais une fois rendue sur place, en compagnie de la gang de joyeux lurons des médias, l'atmosphère était plus détendue. Même que le stress ne m'a même pas suivi sur scène. Je suis donc montée avec mon micro à la main et ma jupe parachute trop grande pour présenter mes tendances mode devant les 1 000 personnes dont je ne voyais que les dessus de tête ! Fiou ! Un petit tour sur le podium, de grands sourires aux madames, et voilà : ma job était faite !!!



J'ai aussi été remarquée par la rédactrice mode du magazine Loulou pour lequel j'avais déjà collaboré il y a deux ans et qui m'a demandé d'écrire à nouveau pour eux. Avec plaisir chère ! Et une petite photo pour le magazine en passant !!! ;)

Finalement, ce fut une belle soirée. Et je reviens avec le sourire, une carte-cadeau de 100 $, du maquillage et des échantillons (yéééé ! ). On recommence quand ??? ;)

vendredi, septembre 22, 2006

Parlons seins !

Octobre sera le mois de la sensibilisation au cancer du sein. Plus que jamais, les magazines et les médias parlent des seins, les montrent, les bichonnent, les exposent au grand jour... Jamais avons-nous vu autant de tétons sur la place publique ! Même qu'une boîte de relations publiques de Québec organise le 30 septembre le plus gros rassemblement québécois de mères allaitant au sein ! Ça va téter là !

Ceux qui ont été refaits grâce à la chirurgie esthétique ont également eu leur minute médiatique cette semaine. Une étude de l'Université Laval a fait le lien entre les implants mammaires et un taux de suicide élevé chez ces femmes. En fait, il semble que plusieurs femmes ayant une faible estime d'elles-mêmes ont recours à la chirurgie pour "évacuer le mal de vivre et d'être". Mais le bistouri ne règle pas tout et ne donne pas confiance en soi. Pas si folle que ça cette étude, finalement.

Vrais ou faux, petits ou gros, les seins sont réellement partout. On ne les cache plus, mais la société exige qu'ils soient presque parfaits. Et si la nature n'est pas si généreuse, alors le chirurgien peut l'être. Personnellement, je ne suis pas contre la chirugie, mais en autant qu'elle soit réalisée sur une femme, et non sur une adolescente, et qu'elle soit désirée d'abord par la femme, et non par son conjoint.


Des seins vus au cinéma... ceux de Halle Berry !

La poitrine la plus médiatisée sur la planète: celle de Pamela Anderson !

Mais bon, comme dit si bien mon chum: "pas besoin d'avoir beaucoup de seins ! deux, c'est bien assez" ! Petit coquin va ! ;)

mercredi, septembre 20, 2006

Trop maigres les mannequins ?

Sortez le champagne et le caviar, mon blogue revit à nouveau. Sur le respirateur artificiel depuis plus de deux mois, je vais tenter de le réanimer avec quelques éditos sur les tendances et la consommation !!

C'est d'ailleurs les rubriques société des différents quotidiens qui me font réagir aujourd'hui. Pour ceux et celles qui ne lisent pas ces pages, le gouvernement régional de Madrid a interdit aux podiums les mannequins considérées comme trop maigres, dans le cadre de la Semaine de la mode de Madrid. Depuis, la planète applaudit cette initiative et demande que l'on engage que les filles "en santé".

Or, même si j'appuie cette démarche, je trouve que l'on vise sur la mauvaise cible. Les filles qui ont été bannies des podiums cette semaines ne sont pas nécessairement celles qui souffrent d'anorexie ou qui auraient une mauvaise hygiène de vie, comme celles qui consomment des drogues dures pour couper la faim.

En fait, les dirigeants des défilés ont fait passer un test IMC (indice de masse corporel) à tous les mannequins et celles ayant moins de 18 ont été exclues. Moi-même je n'aurais pas pu passer avec mon petit 17... C'est donc dire comment la barre est élevée pour ces mannequins, qui ont préféré pour plusieurs rester à la maison.

Toutefois, les spécialistes s'entendent à dire que cet indice est incomplet et injustifié dans ce cas. La plupart des filles qui ont été bannies sont moins maigres que d'autres. Elles sont juste moins lourdes. Comme moi, leurs petits os pèsent peu dans la balance. Alors que des filles ayant une plus forte ossature sont plus lourdes, mais beaucoup plus maigres puisque leur taux de gras est inférieur. Ce sont elles dont nous apercevons les os sous la peau !!!

Un effet pervers de cette mesure est également l'engouement des mannequins pour les implants mammaires, qui leur permettent de gagner quelques livres sans augmenter le gras. Pervers, vous dites ?

Bref, même si moi-même je n'engage que des filles souriantes et ayant quelques rondeurs pour mes shootings mode, je trouve que la mesure adoptée par Madrid est non seulement démesurée, mais elle est surtout "pas la bonne"... Mais bon, qui a dit que l'industrie de la mode était belle ? ;)

jeudi, juillet 06, 2006

Le legging fait un pied de nez à la mode

Autrefois qualifiés de quétaines et de démodés, les leggings font un pied de nez aux diktats de la mode et reviennent en force cette saison. Qui aurait pensé que ce collant sans pieds qu’on portait à l’école secondaire (moi, c’était au primaire !) déambulerait sur les passerelles dans les collections des plus grands designers ?

On les a détestés, reniés et coupés, et pourtant, les leggings sont tendances cet été et seront en boutique dès le mois d’août, avec les collections automnales. Déjà, les jeunes femmes avant-gardistes les portent avec une ballerine et une minijupe, comme le font les New-Yorkaises depuis le début de l’été. Deviendrez-vous accro aux leggings?

Retour vers le futur

Depuis le début de l’année, on assiste à un retour en force aux années 80 qui apporte avec lui les leggings, que Madonna portait dans ses clips, avec un chandail déchiré et les cheveux crêpés. Sur les passerelles, on voit réapparaître le jeans fuseau à taille haute, les épaulettes, les boucles d’oreille en plastique et les espadrilles Converse.

Le tout dans une version certes actuelle, voire futuriste. Parce que le retour des leggings se fait dans une version plus sage. Exit le fluo et les couleurs criardes ! On veut des leggings sobres et élégants, comme l’ont démontré les défilés de Ralph Lauren, de Versace et de Charles Nolan. Ou encore les designers québécois Renata Morales, Nadya Toto et Andy Thê-Anh, qui ont présenté des leggings pour une toute première fois dans leurs nouvelles collections d’automne.

«On voit la silhouette se modifier cette année. Le haut devient plus large tandis que le bas est plus étroit, comme un Y. Les leggings font définitivement partie de ce courant», nous dit la designer Nadya Toto, qui a inclus plusieurs leggings dans sa collection automne-hiver 2006-2007.

Oubliez également le style coton ou pyjama. Les leggings ont du style et sont faits de textiles riches et texturés, comme la dentelle, le lycra soyeux ou à imprimés. Ils ont du chic et se portent avec des jupes et des robes pour le soir ou pour le bureau. Rien à voir avec le look Au Coton des années 80 !

Jambe svelte seulement

Souvent faits de lycra ou de fine laine extensible, ils sont comme une deuxième peau et ne camouflent pas toutefois nos petits défauts. À moins d’avoir une jambe svelte et la cuisse dure, on prend soin de cacher suffisamment la fesse et la cuisse avec une jupe ou une tunique longue, laquelle sera ceinturée, pour éviter d’avoir une silhouette disproportionnée. De plus, des leggings faits de lainage ou de textile épais auront tendance à grossir le tour de cuisse.

Comme pour un capri, la longueur du legging influence aussi le look. Les femmes minces auront avantage à porter un legging court sous une minijupe, tandis que les mollets plus potelés seront avantagés par un legging long jusqu’à la cheville, porté en ton sur ton sous une jupe. Peu importe votre silhouette, de façon générale, un legging court — c’est-à-dire arrêtant à mi-mollet — s’apparente davantage à un corsaire et confère un style plus sport et décontracté alors que les leggings longs remplacent les collants et se portent avec des chaussures chics.

Publié ce matin dans Le Soleil

mercredi, juillet 05, 2006

Le diable s'habille en Prada !

Un vrai film de fille ! Pour celles qui aiment la mode et le journalisme (hein ? c'est moi ça !!)

Bref, j'ai traîné (un peu de force hihi) mon chum hier au cinoche pour voir Le diable s'habille en Prada, d'après le roman du même nom. J'avais dévoré le bouquin et mes attentes étaient élevées, bien que le scénario soit léger et prévisible. Mais bon, faut s'assumer parfois ! ;)

Pour celles qui n'ont pas entendu parler du film, je vous relate brièvement l'histoire. Une jeune journaliste débarquée à New York trouve un premier emploi dans le plus prestigieux magazine de mode, croyant que cela lui servirait de tremplin vers d'autres magazines dits plus sérieux. Elle est confrontée au brutal monde de la mode, et à sa rédactrice en chef qui est une véritable chipie. Avec l'excellente Meryl Streep et Anne Hathaway.



J'ai adoré ! Moi qui écris des chroniques mode depuis 3 ans et qui ressent parfois ce syndrome de l'imposteur... hihi Mais bon, je ne suis quand même pas à New York !

Une film de filles, à saveur estivale, léger, mais qui porte également à réflexion sur le lucratif et impitoyable marché de la mode. Intéressant.

mercredi, juin 28, 2006

Le fedora pour lui

Les accessoires pour hommes ont beau être moins variés, ils ne sont pas moins importants pour autant ! Et celui qui retient notre attention cette saison est le chapeau fedora blanc, qui marque le retour de l'homme dandy.

Porté avec un complet BCBG trois pièces, ou dans un style plus décontracté, le fedora confère un look mafioso craquant. Pour quelques dizaines de dollars, il métamorphose un look conventionnel en une touche mode. Il peut donner du chic à un veston habillé, tandis qu'il confère un air cool à celui qui le porte avec un jeans, une chemise blanche aux manches roulées et une cravate dénouée. Bref, messieurs, jouez la carte chic avec un air de je-m'en-foutisme cet été !

Chez Lacoste, le fedora est l'accessoire-vedette des hommes qui le porteront avec le tricot avec col en V ou le veston à rayures. De plus, madame pourra également l'emprunter puisque le fedora s'agence à merveille aux tailleurs de style masculin, mais cintrés, de la saison.


Collection été 2006 Lacoste


Brève publiée jeudi dernier dans Le Soleil et ce matin dans Cyberpresse

mardi, mai 30, 2006

Tête à chapeau !

Appel à tous ! Je recherche un(e) modiste ou chapelière... vous savez ces artisans qui confectionnent des chapeaux sur mesure ? Rien à voir avec les chapeaux de paille vendus chez Simons !! Ce sont de véritables créations artistiques.

Bon, si vous connaissez un de ces artisans dans la région de Québec, je veux le connaître !! C'est pour un article pour la semaine prochaine !

merci à l'avance du coup de chapeau ! ;)

Le visage parfait... ou presque !

On vous a déjà dit que vos traits étaient parfaits ? Vérifiez-le par vous-même ! Je mets en ligne le site web d'un chirurgien plastique de Californie qui a été le premier à utiliser le nombre d'or pour réaliser ses chirurgies du visage.

Oui oui... le fameux nombre d'or dont il est question dans le Da Vinci Code. Vous savez, la proportion définie par le rapport de 1,618:1 (Phi), laquelle serait présente dans la nature et serait l'expression même de la beauté. Des formes harmonieuses de la nature comme les ailes d'un papillon, les pétales d'une fleur et la coquille d'un escargot qui reproduisent naturellement ce ratio.

Et les maîtres de l'art l'ont reproduit maintes fois depuis la Grèce antique. On a retracé le nombre d'or dans la pyramide de Khéops, le Parthénon d'Athènes et la Cathédrale Notre-Dame-de-Paris.

Idem pour le corps humain. Les plus privilégiés d'entre nous ont des traits définis par le nombre d'or ou la divine proportion. Les autres s'en approchent ou... font appel à la chirurgie esthétique !

Ces modèles de traits harmonieux présentés aux patients en chirurgie esthétique ont été développés par le chirurgien esthétique de Californie Stephen R. Marquardt. D’après le site Web Beautyanalysis.com, le masque de beauté de Stephen R. Marquardt se superpose de manière exacte aux faciès des plus belles femmes, toutes époques, cultures et origines ethniques confondues.

Le célèbre médecin a par la suite reproduit ce masque pour planifier des chirurgies esthétiques, et, jusqu’à aujourd’hui, la Californie demeure le lieu privilégié pour ce type d’intervention chirurgicale. Mais, sachez que même au Québec, les chirugiens plastiques utilisent cette méthode pour leurs interventions !

J'en ai parlé dans un article il y a deux semaines et depuis plusieurs me demandent l'adresse du site web. La voici: www.beautyanalysis.com

En cliquant sur l'icône You and the Mask, vous pouvez même tester le masque de beauté sur votre propre visage (moi, je n'ai vraiment pas le courage !!!)

L'émission TVA en direct en a aussi parlé la semaine dernière, encore une fois en citant mon article sans donner la référence. Merci aux recherchistes !! :(

jeudi, mai 18, 2006

Parlons cami !!

Je faisais ce matin quelques téléphones et recherches pour connaître les tendances en matière de camisoles, vous savez, ce p'tit bout de vêtement que l'on a toutes par dizaine dans nos tiroirs.

Enfin, c'est ce que je croyais puisque je dois bien en acheter 7-8 chaque saison et j'en porte presque tous les jours, sous une veste ou un boléro par exemple.

Mais bon... ça ne semble pas si populaire finalement. Après en avoir discuté avec mes collègues féminines de la salle de rédac, je constate que bien des filles sont mal à l'aise de porter une camisole au travail. Peur d'un décolleté trop profond, des bras trop ronds, une tenue trop négligée... toutes les raisons sont bonnes ! Pourtant, mauzus qu'on est bien les bras libres de tous textiles ! Et surtout, avec une tenue si féminine !

Alors, avant d'écrire mon article, je vous pose la question les filles: pour ou contre la camisole au boulot ? et si vous êtes pour, quel type de camisole portez-vous ? et le soir ? avez-vous des chouchous ?? Gênez-vous pas... on est entre filles... ou presque ! ;)

mercredi, mai 17, 2006

Boucle-la !

Ce printemps, les designers nous enrubannent, nous ficellent et nous entourent de ceintures aux styles multiples. Mince ou large, la ceinture est définitivement un accessoire clé de la saison et se porte avec tous les genres de vêtements, même sur une petite robe courte.

La ceinture est libre de passants. On la porte haute sur la taille. La dernière tendance vue sur les podiums est de l’attacher sur une robe du printemps dans une couleur contrastée. Ou encore nouée par-dessus un joli cardigan. Pour cela, choisissez une texture soyeuse, un ruban satiné par exemple, ou un joli cuir verni qui donne un style sixties. Si vous optez pour la robe, elle sera d'une taille empire, dans l'esprit rétro qui souffle sur la mode de l'été 2006.

Pour les ceintures de tous les jours, portées sur un jean, un capri ou une minijupe, les inspirations sont nombreuses. L’Afrique est du nombre avec des ceintures faites de cuir, de faux liège et même de raffia. Suivant les tendances des chaussures, les matières naturelles sont à l’honneur. Ces ceintures peuvent être tressées, cloutées ou parées de bijoux.

Ceinture Rosace, 19.99 $ chez Simons

Les boucles sont non seulement gigantesques cet été, mais elles sont aussi de véritables petits bijoux. Argentées, dorées, ou parsemées de strass, elles actualisent un pantalon sobre tout en restant féminines. Même les ceintures sport faites de tissu ont une boucle stylisée et aux nombreux détails. Toutefois, les boucles trop grosses auront pour effet d’alourdir une tenue si elle comporte déjà des motifs ou des détails de finition, de même qu’elles détonneront sur des femmes à la taille de guêpe. Enfin, la ceinture foulard est toujours tendance, nouée sur les hanches et donnant un air décontracté à une tenue. On la boucle de toutes les manières !


La ceinture gladiateur vue par Muse

Quelle ceinture choisir ?

Les tailles fines choisiront une ceinture mince et contrastée ou encore la ceinture smoking, plus large et qui gaine la taille. Elles se permettent aussi les ceintures plus larges, en autant que les proportions soient respectées. Si la ceinture tombe sur le haut des fesses ou enfonce dans le ventre en position assise, c’est qu’elle ne vous convient pas !

Ceinture empiècements entrelacés, 15.99 $ chez Simons

La ceinture corset du designer Emanuel Ungaro

Les tailles plus épaisses opteront pour un modèle un peu plus large, mais pas trop contrastant. Parce que l’on veut découper la silhouette et non attirer le regard sur la taille. On peut aussi nouer un ruban sous la poitrine pour créer une taille empire, très tendance. Ou bien porter une ceinture foulard sur les hanches, ce qui aura pour effet d’allonger la silhouette. En cas de doute, apportez votre pantalon avec vous lors de l’essayage de la ceinture.

jeudi, mai 11, 2006

Une relève créative au Salon de la mode

Publié dans Le Soleil de ce matin
Qui a dit que la mode était banale à Québec ? Certainement pas les 49 finissantes (juste des filles) en design de mode du Campus Notre-Dame-de-Foy, qui ont présenté, la fin de semaine dernière, 30 collections de prêt-à-porter en mode féminine et masculine.
Plus de 1500 personnes ont visité le sixième Salon de la mode, où la relève en design de mode a montré son savoir-faire. Et quel savoir-faire ! Les jeunes femmes ont une vision de la mode contemporaine, éclatée, mais facile à commercialiser.
Parmi les tendances qui ont été revues et corrigées par les étudiantes, on ne peut passer sous silence l’omniprésence du gaucho, ce capri tombant sous le genou et à larges jambes, que les finissantes ont décliné dans des versions chics ou décontractées, dans des tissus satinés ou de jeans. Agencé à une camisole asymétrique ou à un haut asiatique, le gaucho tombe pile dans les tendances estivales et fait à toutes les silhouettes.


Avec sa jupe ballon et ses camisoles de coton, l’équipe de Tia Maria a reçu le prix de la Présentation visuelle et marketing.Le Soleil, Jocelyn Bernier


« Certaines collections ont pratiquement été toutes vendues. Les gens ont été étonnés des prix abordables des vêtements et ils ont même fait des commandes aux finissantes », indique Odette Nappert, chargée de projet pour l’École de mode. Les hauts féminins, les jeans remodelés et recyclés pour hommes et les minijupes aux découpes originales ont particulièrement retenu l’attention des acheteurs, friands de mode jeune et colorée.

Les finissantes ont mis en pratique le résultat de leurs trois années d’études collégiales, comme le démontrent d’audacieux mélanges de textiles et quelques jeux de superposition. La mode féminine vue par les jeunes emprunte certes aux tendances internationales, mais son esprit créatif et rebelle se remarque aussi dans certaines collections aux allures punks. Surtout pour la mode masculine, mais aussi chez les femmes, avec une prédominance pour le noir et les tissus effilochés.

Une cuvée 2006 qui promet !

jeudi, mai 04, 2006

Un toast avec Myco Anna !

Le soleil se pointe, la chaleur est de la partie et les terrasses nous accueillent depuis peu. Et qui dit terrasses dit également d’enfiler une robe cocktail, parfait pour prendre l’apéro en bonne compagnie. Reconnue pour ses petites robes colorées et féminines, Myco Anna a d’ailleurs intitulé sa collection printemps-été 2006 « Cocktails ». On trinque au printemps !

C’est dans des teintes vives et surtout contrastées de turquoise, de vert lime, d’orangé et de motifs fleuris que les robes d’été de Myco Anna font leur entrée. On remarque les détails de fronces, les lisérés lustrés, presque glamour, et les effets de patchworks de textiles de coton suivant les courbes du corps, fidèle à la signature de la griffe de Québec.


Pas question de camoufler les différences de textures des tissus : elles sont plutôt mises en valeur par des surpiqûres colorées et des contrastes audacieux. « Le style est éclaté, parfois ludique, cet été. Comme dans la mode internationale, on mélange les motifs et on les agence à des accessoires qui ont du punch », dit la designer de Myco Anna, Julie Ouellet. Toutefois, pour éviter des agencements au goût douteux, il faut savoir bien doser les colliers surdimensionnés et les pendants d’oreille en fonction des coloris des vêtements, conseille la designer.


Outre la petite robe cocktail, asymétrique et féminine, le coup de cœur de Julie va au haut Pina Colada, qui prend la forme d’une jolie camisole de coton aux bretelles satinées. Ses fronces avantagent la silhouette et donnent du mouvement à ce haut qui peut être porté avec une jupe ou avec un pantalon fluide cet été.

Autres marchés

Créée il y a près de 12 ans, la griffe Myco Anna utilise principalement des tissus recyclés et ses vêtements se distinguent par des effets de patchworks colorés. Pour une première fois, elle participera à la fin du mois de juin au Festival mode et design de Montréal, où elle présentera en exclusivité sa prochaine collection automne-hiver.

« Dans les prochaines saisons, nous voulons mettre en marché une collection haut de gamme, parallèlement au prêt-à-porter, en plus de poursuivre notre développement à l’extérieur des frontières du Québec », ajoute la designer. En fait, les vêtements Myco Anna sont disponibles dans deux boutiques de San Francisco et de Santa Monica depuis deux ans, en plus d’être en vente dans plusieurs boutiques du Québec. La liste des boutiques est disponible à www.mycoanna.com

Article publié ce matin dans Le Soleil

jeudi, avril 27, 2006

Une nouvelle tête pour l'été ?

Extrait d'un article publié ce matin dans Le Soleil

Envie de changer de tête ? Chaque saison apporte ses nouvelles tendances. Selon les experts, l’été 2006 est l’un des plus sobres dans les tendances de coiffure. Le retour vers les couleurs naturelles et lumineuses, les coupes en dégradé et les mèches ondulées marquent la saison.

C’est reconnu, plus de femmes adoptent une coloration blonde durant l’été. Et cet été n’y fera pas exception. Même que les nouvelles couleurs sont riches, audacieuses, presque provocantes. Les brunes ne sont pas en reste. En fait, toutes les teintes naturelles volent la vedette cet été, en autant qu’elles soient brillantes et riches. « On choisit les teintes au naturel avec des superpositions de couleurs chaudes et froides, ce qui crée un effet de texture et de mouvement dans les cheveux », conseille Sonia St-Pierre, styliste-coiffeuse au salon Maxi Coupe.



Peu importe le choix de couleur, les mèches sont plus fines ou réalisées en effet fondu. « Les bandes de couleurs contrastées sont pratiquement disparues, dit le coiffeur Jacques Aubert. Les nouveaux jeux de couleurs sont plus subtils et plus doux. » Fini alors le style mouffette !


Coupes libres

On poursuit les coupes en dégradé qui mélangent les mèches bouclées naturelles et légèrement ondulées. Aux épaules ou longs, les cheveux sont totalement libres, n’essayez surtout pas de les dompter, pas tous les jours du moins. On préfère la simplicité des coupes inspirées des artistes comme Kate Moss ou Avril Lavigne.

Les extensions ne sont plus ce qu’elles étaient. Aujourd’hui plus que jamais, elles s’ondulent ou demeurent sages, passant incognito dans la chevelure. Vues dans les années 90, elles reprennent elles aussi du service cet été, mais ne sont pas tressées : elles sont plutôt lisses et d’aspect naturel. Plusieurs coiffeurs s’en servent pour donner du volume à la chevelure ou créer des effets de couleur, comme le suggère Sonia St-Pierre.

T’as du toupet !

Expression pop, ultrastructurée, la frange protège le regard des chaleurs estivales tout en donnant du style aux traits du visage. Dans une version plus naturelle et vaporeuse, elle devient l’apanage d’une douceur retrouvée. « On renoue avec le véritable toupet, lourd et au carré. Plusieurs jeunes femmes risquent de le porter cet été avec une queue de cheval très haute, qui est également tendance », ajoute Sonia.


Faciles à réaliser

Les coiffures faciles à réaliser sont au rendez-vous cet été. Outre le « laver-froisser » qui donne une ondulation naturelle digne de la plage, on choisit quelques accessoires pour changer de tête. Tous les experts sont d’accord : la coiffure la plus populaire chez les jeunes femmes cet été sera la queue de cheval très haute, en mouvement, avec une frange. « Vaporisez les cheveux de fixatif souple avant de les coiffer. Ils auront moins tendance à faire des bosses et tiendront en place », conseille Sonia.

Pour les soirées, le chignon a toujours la cote, dans une version chic et sage, ou avec quelques mèches ébouriffées, pour le jour. Enfin, la tresse bohémienne placée sur le côté de la tête a été vue dans plusieurs défilés. À essayer.

lundi, avril 24, 2006

Ma nouvelle R6 !

Youhou !! Je vais avoir une nouvelle moto dans les prochains jours. Une R6 2003 Special Edition. Je suis toute énervée... j'ai hâte de la conduire.

C'est le modèle que je voulais depuis fort longtemps. J'espère que je vais la garder plus qu'un an celle-ci. Ça devrait, à moins que le prix des plaques augmente trop. Dans ce cas, on pensera à une solution de rechange !! ;)

Là, il me faut un suit de cuir et des bottes de moto... Et dire que le paiement de mes impôts s'en vient... Ishhh.... l'argent pousse-t-il dans les arbres ?

La voici là voilà !!! Sur les routes du Québec dès la semaine prochaine !! hihi

jeudi, avril 20, 2006

Mon nouveau maillot

Ce qui est bien quand on est chroniqueuse mode c'est qu'on reçoit des dizaines d'échantillons de produits par année. Et comme l'éthique journalistique n'atteint pas le merveilleux monde de la mode, on les accepte avec un grand sourire ! ;)

Durant les deux dernières semaines, j'ai reçu des produits pour le visage Garnier et Dermaglow et l'objet de désir... soit un nouveau maillot !!

Chaque année depuis 3 ans, la compagnie Baltex m'offre gratuitement un maillot de leurs dernières collections. Et je les adore !!

Cette année, j'ai choisi un maillot de la collection Be Creative, une jolie collection un peu plus chic que je ne connaissais pas. Et surtout, j'ai été tenté par un modèle de type bandeau, que je n'aurais peut-être pas acheté par moi-même, mais puisque c'est tendance (et que c'est gratuit), ça vaut le coup de l'essayer !

Le modèle que j'ai reçu est le Boogaloo de Be Creative. Bon ok, le résultat n'est pas tout à fait pareil au mannequin mais il est très joli ! Et surtout, ça donne le goût de l'été !!


www.becreativeswim.com

mardi, avril 18, 2006

Quoi porter pour sortir ?

Les filles, j'ai besoin de votre opinion. Je rédige cette semaine une chronique sur la tendance clubwear et, franchement, je trouve ça affreusement laid !

Est-ce moi qui vieillit ou bien les vêtements pour sortir sont vraiment kitsch et quétaine ? Je ne vois que des tops trop ajustés aux couleurs criardes et qui sont une caricature des tendances. Et souvent portés par des filles qui font un peu d'embonpoint. Ouff !!!

Ou des pantalons taille basse avec le string qui dépasse (vraiment out !) et d'une taille trop petite (bonjour bourrelet).

Bon, finalement, j'aimerais savoir ce que vous portez dans les bars et ce que vous appréciez. Merci à l'avance !!

vendredi, avril 14, 2006

Je veux une nouvelle moto !

Ce matin, je déroge de mes propos habituels si pertinents pour lancer un cri du coeur... Je veux une nouvelle moto !!!!!!!!!!!!!!!!

J'ai vendu la mienne hier. Et déjà je m'ennuie de rouler (même si je n'ai roulé que deux fois cette année jusqu'à présent). Mais bon, juste le fait de savoir que sa place dans le cabanon est libre me fait un grand vide !!

Et là, je magasine (pour une fois que je ne cours pas les boutiques hihi). Je cherche une R6 2003 et plus à bon prix.

Pour l'instant, deux esthétiques m'intéressent. Mais reste à trouver le bon vendeur ( celui qui me fera le bon prix je veux dire !). Qu'en pensez-vous ??

(en passant, je sais que la première est un R1, mais la photo est juste à titre d'exemple. Avant que Gigi ne fasse la remarque !)

mercredi, avril 12, 2006

La peau aux petits soins

Notre peau a besoin de soleil et d'hydratation après de longs mois d'hiver qui l'assèchent et la maltraitent. Avril est synonyme de santé. On se remet en forme physiquement et notre peau a elle aussi besoin d'une cure.

Ça tombe bien ! J'ai reçu en début de semaine des échantillons des nouveaux produits Garnier, non-comédogènes et surtout à petits prix. Youppi !!

Pour l'instant, je n'ai testé que les soins Pure A pour traiter les imperfections et, même après seulement trois jours, je sens ma peau plus douce. Reste à voir maintenant si les imperfections feront leurs valises ! Je vous en redonne des nouvelles !

D'ici là, je vous présente ces petits pots de plaisir et de douceur...


Pour une hydratation complète et lifter la peau, je vous conseille les crèmes Soin de jour et Soin de nuit raffermissant Garnier Lift qui sont des formules enrichies de gingembre et de cerises.
La texture de ces crèmes est agréable et surtout non grasse. On sent presque instantanément notre peau plus ferme et plus lisse. Cependant, il faudra plusieurs journées pour voir les effets sur les rides qui oui, vont s’estomper. L’odeur des crèmes Garnier est rafraîchissante tout comme les ingrédients qui la composent. Prix suggéré : 14,99 $


Fluide hydratant quotidien FPS 15 Garnier Fresh
Pour les peaux normales ou mixtes, les experts Garnier ont choisi l’eau vive de fruits, riche en minéraux essentiels et en oligo-éléments. 100% pure et naturelle, elle stimule le renouvellement cellulaire et garde votre peau souple et resplendissante pendant 24 h... et protégée du soleil. Je ne l'ai pas encore testée, mais elle semble très agréable ! 10.99 $



Le stress, les changements hormonaux ou la pollution dérèglent la peau et la rendent sujette aux imperfections, pores dilatés et rougeurs... même à l'âge adulte ! Le Soin Hydratant Quotidien PureA de Garnier leur est dédié. Son action assainissante élimine les imperfections jour après jour et prévient leur réapparition, sans irriter. Sa texture légère et non grasse pénètre instantanément pour hydrater, resserrer les pores et affiner le grain de la peau. Votre peau est assainie, douce et confortable pour toute la journée. (c'est le soin que je teste depuis lundi et pour l'instant, j'adore !) 12.99 $

vendredi, avril 07, 2006

S... comme sexy !

L'émission Le Fric Show d'hier portait sur la mode. Pas de scoop, ni de statistiques compromettantes, moi qui croyait connaître les chiffres d'affaires des multinationales ou un scandale à propos d'un designer de renommée. Même pas. Mais j'ai quand même retenu une donnée intéressante, quoique anecdotique.

Saviez-vous d'où vient le mot "sexy" ?? Un mot que, selon une de mes copines, j'utilisais auparavant à outrance dans mes chroniques, et que depuis, je l'ai presque banni !! hihi (orgueil, quand tu nous tiens !).

En fait, le mot sexy est issu du mot de l'ancien français scoliose, qui est une déviation de la colonne vertébrale. On aurait conservé le "s" de l'ancien mot pour désigner la forme de la silhouette de la femme dite sexy.

Ainsi, suivant ce "s", la poitrine est remontée, la taille est fine et les fesses sont rebondies. C'est à ce moment que la mode des robes à crinoline (surtout vers l'arrière) est apparue.

Aujourd'hui, la silhouette en "s" est toujours la norme (on se rappelle du fameux 36-24-36), mais elle tend à disparaître, au profit de silhouettes variées allant des filiformes mannequins aux tailles fortes, omniprésentes dans nos sociétés occidentales. Il serait toutefois faux de croire que cette démocratisation serait un gain du féminisme: il s'agit plutôt d'un coup de marketing astucieux pour vendre la mode à plus de gens !

Intéressant, non ? ;)

mercredi, avril 05, 2006

Coupé court !

Ce n'est certainement pas la température de ce matin qui nous donnera le goût de porter des shorts, mais on peut toujours rêver. Parce que les shorts et bermudas sont en boutique depuis un mois déjà et qu'il y a souvent moins de choix dès les beaux jours de l'été. On fait des provisions !! ;)

Voici un aperçu de l'article paru hier dans Le Soleil :

Le short et le bermuda remplacent les jupes multiples de l’été dernier. D’allure chic ou sport, ils se portent aussi bien avec un veston qu’avec une jolie camisole, en espadrilles ou en sandales.

On choisit le bermuda pour le confort cette saison, mais aussi pour la silhouette allongée qu’il procure et sa polyvalence. Même le bermuda à poches cargo peut être agencé à un haut chic ou être porté au bureau, en autant qu’il soit confectionné dans un tissu de qualité et que sa coupe soit près du corps.


Bermuda fait de tissu recyclé, 199 $, On & on.


Personnalisation québécoise

Les designers québécois ont personnalisé le bermuda : il est transparent chez Aqualara ou en combinaison verte chez Denis Gagnon. Le bermuda est aussi agencé à un veston ou à un trench-coat, comme chez Falbala et Rudsak. Il se décline en cuir souple ou en coton chez Mackage, très urbain, sous des tons de ciel bleu et en blanc immaculé.

On suit la tendance nautique avec un bermuda blanc porté avec un haut à rayures, chic et jet-set. « Le bermuda-tailleur confère l’avantage au look nautique de se porter aussi bien sur la promenade que dans une salle de conférence », dit la porte-parole de Winners, Shannon Johnson. Pour réussir ce look, on choisit une veste structurée et des accessoires bcbg, tels que la ceinture de cuir métallisée et des lunettes soleil à montures surdimensionnées.

La pureté et la fluidité des lignes de l’été se renforcent avec le blanc virginal, qui est le coup de cœur de la professeure en design de mode, Helen Faber. « On a vu dans les défilés toutes sortes de shorts et bermudas, allant du bcbg droit et uni au bermuda ballon orné de dentelle au style victorien. Mais le plus polyvalent demeure le bermuda blanc », dit-elle.


Collection Marc Jacob


Plus sage, le bermuda beige, également présent dans les boutiques, se marie avec les teintes de rose bonbon ou avec les teintes naturelles de la saharienne et des accessoires ethniques, pour reproduire le style africain de la saison.

Short à imprimé armée, 29.95 $, Simons


Enfin, les plus jeunes apprécieront le retour de la salopette courte cet été, donnant un air juvénile aux tenues estivales. Certaines griffes ont réactualisé ce classique de la mode décontractée ce printemps en le dotant de détails plus féminins et d’une coupe moins ample.

Short vert, 50 $, Simons